Hier, virée à la FNAC de Rouen. On peut dire que je suis une sorte de bon client, je dois acheter en moyenne 5 disques par mois, et j'y traine régulièrement. Hier, le dernier album de The Rakes et Unkle... On ne pourra pas m'opposer un élitisme forcené.

J'ai toujours dit que je pourrai pas habiter à moins de 500m d'une FNAC, mais c'est bien de moins en moins vrai. Je m'interroge plus que grandement sur la volonté de la diversité culturelle de cet établissement, qui enterre les musiques vivantes et savantes dans un tombereau de produits qu'on peu trouver en supermarché, en oubliant totalement son rôle de disquaire, de découvreur de talent, de prescripteur... Bref... On pourra répondre bien sur qu'il y a "Indétendances"... C'est pour les gens qui ne suivent pas l'actu musicale de très -trop- près. Mais alors, ceux qui veulent du pointu, ils vont où ? Harmonia Mundi, évidemment... Mais HM, c'est une tautologie, n'a pas le catalogue d'Abeille Musique, son concurrent direct.

Ce n'est même plus de la normalisation, c'est de la banalisation. Ce n'est pas le cas de la Fnac de Nantes, d'Angers, de Lille, qui impose de vrais choix de prescriptions, en pleins de domaines différents, que je ne retrouve pas à Rouen... Encore une fois, on est puni d'être trop près de Paname ? Déjà qu'on a de moins en moins l'occasion d'écouter du jazz en salle ! On viendra peut être nous dire que désormais le jazz est arrivé là où il y a de la moquette moelleuse, -j'ai jamais compris pourquoi la moquette était plus moelleuse en rayon classique... C'est déjà, je trouve, une belle vision classiste de la musique- mais, moi je préfèrele pavé et des bonnes galettes en rayon !

La pente était raide et savonneuse depuis des années, mais la dernière refonte des rayon annonce purement et simplement la fin de la musique vivante : le hip-hop est dans une portion (in-)congrue en laissant une large place à l'écurie inepte skyrockeuse, et le jazz est tout bonnement décédé, sans nouveauté ou alors ce qu'il y a de plus plan-plan. Ca, du Marsalis, du Petrucianni, y'a du monde... Mais Akosh S, Steve Lacy et consorts, bon, vous repasserez... Même Médéric Collignon et Andy Emler, tout deux honorés par les victoires du jazz n'ont pas l'heur d'avoir de disques !

Le rayon jazz a fondu alors même que Rouen bouillonne de musique improvisée, alors même que le responsable du rayon est un vrai passionné, un vrai spécialiste, et un bon prescripteur... Pourquoi tant de frilosité ?

Ca par contre, de la console, il y en a ! question de priorité peut être... perte de client à venir, c'est sur !!