Hier soir, donc, j'étais au 3 Pièces pour voir mes amis de "petite vengeance", le duo formé par le saxophoniste Rafael Quenehen qui est actuellement au CNSM de Paris section jazz et le batteur Jeremy Piazza, tous deux membres des vibrants défricheurs.
Plusieurs moi que j'avais pas entendu jouer ces deux là, mis à part lors des répétitions du baluch'trad, et j'ai pu m'apercevoir du chemin parcouru. Jeremy est moins timide, beaucoup plus inventif et libéré, et il a sorti hier une belle prestation, qui donnait la part belle au répertoire et au style d'Ornette Coleman (cette interprétation de Ruby my Dear !). Il y eut hier deux ou trois soli particulièrement inspirés, notamment sur la fameuse chanson du gondolier, où à cette soirée sous le signe d'Ornette se cachait parfois de râles rythmiques de Sun Ra.
Quant à Rafael, ce sont des escaliers qu'il monte quatre à quatre de concerts en concerts. Son jeu s'est simplifié, décuplé, dans un registre free dont il maîtrise de plus en plus le sujet. Si je connaissais sa prédilection à l'alto, j'ai pu voir les progrès fantastiques au baryton. Et derrière, là aussi cette soirée très "Colemanienne" se cachait quelques fois des hommages -pas conscient semble-t-il- à Steve Lacy.
Allez les gars. Tomorrow is the question !

Quand aux photos, bien en voilà. J'aime beaucoup la première, en quasi rupture de netteté.
02_Rafa_mouvement_1 04bis_Jeremy_1