Pour en finir avec cette histoire stupide, je vous invite à lire l'édito de Mallaurie et Labro dans le nouvel obs de cette semaine concernant le cul à Simone.
Si nous sommes obligés de nous incliner devant ce qui semble un choix assumé de la rédaction, je reste interdit par cette phrase "et que l'on nous fasse grâce des débats spécieux sur la retouche -infimes- apportés à la photographie".
Infime ?
Gommage de la culotte de cheval, gommage du WC, gommage des boutons et du grain de peau des fesses, gommage des plis de la peau, lissage de la photo pour en faire disparaitre le grain, recadrage, renforcement des contrastes et application d'un filtre rose "appétissant". Infime.
En ce qui me concerne, je reste sur mon impression d'eugénisme photographique qui consiste à travestir la vérité pour permettre une uniformisation des gouts et des paraitre.
Un concept de publicitaire, en fin de compte. Et s'il n'y a pas eu de pressions du service pub, c'est bien plus grave : c'est que, peut être, les journalistes l'ont déjà intégré.
Les logiciels de retouche de photo sont des outils de création fantastiques. Et comme dans toute utilisation de sa propre création il faut savoir ce que l'on en fait...