J'ai reçu ce disque il y a quelques semaines déjà, et je n'avais pas eu l'occasion d'en parler, attendant d'en savoir plus sur la date de sortie, qui devrait être imminente. Cet album sortira chez "Chief Inspector", le Ninja Tune français (en très beaucoup plus mieux parce que il y a du jazz...).
N'y tenant plus, je me lance... Sous la forme d'un trio ou le fabuleux contrebassiste Bruno Chevillon ou le grand violoncelliste Vincent Courtois se dispute l'angle pivot entre rythmique et mélodique, le tromboniste Yves Robert nous sert un album très abouti, ou la moitié de Bumcello (Cyril Atef) tient la batterie.
Yves Robert est l'auteur d'un disque de chevet "L'argent", lui même sorti en 2006 chez Chief Inspector. Alors que l'argent était un projet expérimental de voix et d'électronique mêlé autour de l'argent, Inspirine est un projet plus "classique", ce qui ne lui enlève aucune qualité. Très centré autour de l'instrument du leader, ce trombone insolent qui s'offre de longues tirades, les autres musiciens rivalisent de scansions, d'ostinato et de maîtrise pour donner un objet au groove bancal et fiévreux. Atef est en grande forme, ce qui s'illustre au mieux sur le morceau "Aspirer à être inspiré", ou l'inventivité est très présente. Du côté de la basse, Chevillon et Courtois n'ont pas le même jeu, Chevillon s'offrant un jeu plus direct, parcimonieux et rigoriste que d'habitude, alors que Courtois, plus mélodique participe plus à la luxuriance de l'album.
Une photo d'Yves Robert au trombone en prime, qui a la bonne idée de faire partie des Pyromanes...

08_Pyromanes_1