Le festival de musiques actuelles de Victoriaville, au Canada, est certainement l'un des plus riches dans la veine des musiques improvisées. Ce festival peut s'enorgueillir d'avoir à intervalle régulier l'un des plus grand créateur et interprète de cette bonne vieille terre, le trop délaissé Anthony Braxton, dont je parle régulièrement.
Et à chaque passage, l'inlassable multi-anchiste  auteur d'un nombre album que je me suis désespéré à compter, sors un ou deux albums lives sur le label Victo, attaché au festival. C'est avec envie que j'ai commandé la version 12+1tet de 2007 chez Allgorythm, pour écouter le bonheur d'un concert en une prise, une composition de 70 minutes, (composition #361), continuité de sa ghost trance serie.
On connait avant tout Braxton pour ses compositions pour petits ensembles, -moins de cinq et souvent proche du duo voire du solo- mais moins souvent pour des ensembles supérieurs à 10 pièces. Ce genre d'enregistrement procure nécessairement un approche différente, et la nécessité de multiplier les arrangements. le morceau est vraiment plaisant, pars dans des centaines de directions différentes dans un flot très maitrisé et offre à ces treize magnifiques improvisateurs de larges plages d'expression seules ou collectives. Composé d'instruments rares en jazz -voire rare tout court- les sonorités sont parfois étranges mais toujours choisies à dessein. C'est ainsi qu'on trouve un basson -ou comment me prendre par les sentiments-, des trompettes basses ou Braxton à la clarinette contrebasse etc... Sans jamais que le disque semble se présenter comme un catalogue technique pour geeks musicaux.

10_Trombone_Courtois_1