Ce n'est pas nouveau que dans ces pages j'exprime mon inquiétude vis à vis de l'avenir des radios associatives, du cache-sexe de la censure que revêt le passage aux normes numériques qui favorisera de facto les grasses antennes dédiées au robinet à conneries.
On ne s'étonnera guère que les associations, victimes collatérales d'un vaudeville financier, soient exsangues.
Celles qui se battent depuis une décennie pour leur équilibre financier seront les premières à tomber, d'autant qu'il semble que l'expression radiophonique, la parole des habitants des quartiers populaires, les cultures de marge et de niche soient, au delà des soucis de notre gouvernement, bien, bien plus loin encore -c'est dire- que les hôpitaux ou l'éducation.
Les milliards ne sont pas pour la Sécu, la Culture ou simplement pour faire bouffer tout le monde... On préfère couvrir les rapines de quelques irresponsables (mais coupables.)
Aujourd'hui, HDR, la radio à laquelle j'ai participé et aidé à accoucher depuis une décennie, malgré ces derniers mois en retrait faute de temps, fait partie de ses victimes, liquidités en berne. A terre, mais pas morte. Il faut se battre, se battre pour continuer à émettre, pour continuer à porter un discours, pour continuer à passer des disques... Et permettre aux 20 salariés de survivre de leur passion.
Pour soutenir la radio, les rouennais, c'est le 25 octobre, à 14h, place de la Cathédrale...
Et pour une fois, une photo qui a à voir...

01_Salima