J'aurai rêvé de le faire, et je m'aperçois avec contentement que d'autres y ont pensé avant moi, et surtout s'y sont colleté. Un blog qui reprends les photos de presse des traders pendant la "crise financière", le gros jeu de bonneteau international où même quand tu joues pas, c'est toi qui perds.
Ce site, c'est "Brokers with hands on their faces".
Sans faire mon Gunthert de bazar -ce garçon a l'un des blogs les plus passionnant du moment-, je suis frappé par le traitement organique de l'image dans l'effondrement des bourses. On a tellement habitué les médias à dire de manière pavlovienne que le marché est un corps organique et social que tous les journaux illustrent la "main invisible du Marché" par ses petits enfants à la croix de bois que sont les traders. La Bourse descend ? Ce sont les traders qui l'illustrent en souffrant dans leur corps, en accusant la spéculation dans leur chair. La bourse remonte ? On voit les apprentis sorciers à tête d'Harry Potter cocaïné s'agrandir, ouvrir leur bras, reprendre souffle. C'est un mouvement mondial, chaque journal utilise les mêmes illustrations... Et c'est intéressant :
Puisqu'il n'est pas question d'Humanité en Bourse, ce sont les corps des traders qui humanisent la crise, afin de ne pas proposer au lecteur des journaux la vraie figure du cynisme froid qui le précède. Ça laisse entendre que la crise est encore incarné, mais que l'on ne peut rien, on baisse les yeux, on se prendsla tête entre les mains... C'est une catastrophe Naturelle, un Tsunami, un feu de forêt...
Ça évite de se poser la question des responsables.
Et pour finir, une photo qui n'a rien à voir. Parce que lui, quand il se prend la tête dans les mains, il a la sensation calleuse de celui qui a bossé dur... Rien à voir avec la manucure du palais Brognard.

07_papy