Ça faisait longtemps que je n'avais pas fait de photos de concerts, et pour tout dire cela me manquait. Aussi j'étais content, hier, de retrouver le Trois Pièces et un bon concert de jazz avec les copains du collectif vibrants défricheurs.
Hier, donc, formation à demi-inédite, puisque sous le férule du pianiste Antoine Berland, jouant d'un illustre Yamaha mélangeant son "électrique" et cordes frappées, on trouvait Jérémie Piazza et Thibault Cellier ainsi que Julien Molko au sax ténor. Une trouvaille que cet engin qui permettait au leader de fourrager des sonorités inédites en fouillant dans les entrailles du piano, tout a fait indiqué pour ce musicien super technique et toujours inspiré mais à qui on pouvait reprocher d'être trop en retrait par rapport aux autres. Si le jeu est toujours dans la retenue, son style, aux confins du jazz et de la musique contemporaine a éclaboussé le public fidèle.
On passera les éloges sur la base rythmique, Cellier à la contrebasse et Piazza à la batterie, qui de concerts en concerts, de formations en formations se révèle de plus en plus solide et joueuse. L'apport de Julien Molko au ténor donne de la puissance et un souffle qui lui est propre, et un jeu agressif et "droit devant" qui change l'approche du groupe, qui essayait hier de nouveaux répertoires, de Corneloup, ou de Ornette...

13_Tibo