Vendredi, à l'occasion du concert dont nous avons parlé samedi, je croise Julien Eil, multianchiste participant à moult projets des Musiques à Ouir en passant par "Le sens du désordre" ou "Oui Monsieur" a qui j'extorque qui me confie quelques maquettes de projet afin de me remplir les oreilles pour le week-end.
La grenouille à cheveux est un projet qui interpelle à plus d'un titre, d'abord par sa composition. Le quartet se compose de 3 polyinstrumentistes et d'un percussionniste qui jouent des instruments qui ne sont pas souvent considérés comme majeurs (Nicolas Garnier : hautbois, basse et clarinette, Jean-François Riffaud : guitare et sax baryton, Julien Eil : Clarinette basse, flûte et synthé et Alexandre Berton : batterie et autres), mais dont la sonorité donne un côté étrange et poétique à la musique. On notera à ce titre la performance de Garnier dont le hautbois virevolte et groove constamment. La seconde surprise vient du répertoire choisi. De Jo Privat à Gus Viseur en passant par Luis Alméria, c'est le baloche, le musette, la musique populaire des années 30-50 en Europe qui est visée. Une musique destructurée par ces quatre musiciens pour en faire sortir un fumet poétique, un peu irréel et foncièrement plaisant.
Il n'est nulle moquerie, nulle posture dans ces interprétations de morceaux jugés ringards parce fort connotés à des danses surannées. Parmi les compositeurs, Gus Viseur doit être pris à sa juste valeur : un accordéoniste remarquable qui en son temps a fait avancer le propos du jazz en France... Certains moments suspendus aux échanges des musiciens laisse comme un goût de nostalgie. Pas la nostalgie qui moisit, mais celle qui avance.
On pense beaucoup à l'écoute aux atmosphères de Jacques Tati, hors du temps et du monde, mais avec une empathie réelle. On pense aux chorégraphies un peu cassée des spectacle de Deschamps et Makeieff dans la même filliation où au Jeunet & Caro des débuts. La grenouille a cheveux est une bien jolie expérience, venant de la rue et du spectacle vivant qu'on espère voir très vite sur un vrai disque... Et dont les scènes à venir sont à découvrir sur le MySpace...

02_Clarinette_Basse