Jacques Tati de la musique ? A la lecture de ce billet, on est en droit de se demander si je n'ai pas perdu le sens commun. Qu'on parle de Tati comme le plus génial des réalisateur français, peut être, comme un génie de l'image, de la composition, sans doute, que j'avoue être comme un enfant devant "Mon oncle" et "Playtime", qui sont les films que j'ai le plus regardé à part peut être Star Wars, passe encore... Mais Jacques Tati, de la musique ? Il n'a jamais écrit de musique... C'est Jean Yatove au début, puis Alain Romans, Francis Lemarque, Georges Delerue qui lui ont fait ses musiques de films !
Jacques Tati est le créateur d'un univers poétique, décalé émouvant et drôle qui, dans cette période d'une morosité profonde et d'aversion de l'immatériel fugueur est une bouffée d'oxygène salvatrice... Je vous épargne l'analyse filmique, je fais plus ça depuis -très- longtemps.
Mais je persiste... Jacques Tati est une figure importante de la musique, du son, de l'évocation par le spectre sonore, allié à ses camarades de jeu de la musique de film. Il suffit de se plonger dans les cliquetis électriques, les grincements des pneus, les sonneries de ascenseurs, les voix, les sons de la ville de films comme Playtime pour s'en persuader. A delà du génie des image se cache un génie du son qui par sa précision et son art poétique a restitué, peut être le premier, le son de la ville.

Pas Convaincu ? Faites L'essai. Le son sans les images, c'est une expérience que propose Naïve dans le disque en lien, qui rend l'expérience possible... Playtime, œuvre magistrale, existe par ses images, mais aussi par son écriture d'opéra urbain, où chaque son a son importance...
Et une photo qui n'a strictement rien à voir... Zuydcoote...

02_Zuydcoote