Les vingt ans de la mort de Mingus ont le mérite de faire parler de ce génie de la contrebasse, que tout le monde croit connaître mais que beaucoup néglige : on redécouvre ses albums, on fait des nuits spéciales sur France Musique (la radio a qui il manque un "S")... Mingus a pourtant une importance primordiale dans ce pont entre le jazz de la tradition et cette avant garde free qui commence sa Révolution dans les années 50, ce free dont Mingus sera l'un des accoucheurs.
Mingus Ah-Hum sort en 1959, alors que le contrebassiste s'est installé à New-York et surfe, de disque en disque sur un pic de modernité et de créativité. Mingus vient du classique et cette formation peu typique pour l'époque influence grandement son approche de l'écriture, qui donne corps à sa fougue, son indignation, sa rebellion et sa colère. Car le trait principal de Mingus, c'est ce son sauvage, cette résonnance particulière, cette tension ressentie même dans la plus douce des ballades ; Mingus était un violent et sa musique l'exsude.
Pour beaucoup, Mingus Ah-Hum est d'ailleurs un album qui exprime moins la rage. C'est faux : certes, la rage est plus contenu, plus contrainte, le souffle rauque de la rythmique se fait plus polissé, mais c'est dans cette contrainte que la violence sous-jacente bout comme jamais : les "Fables of Faubus", morceau emblématique de sa carrière, manifeste des droits civique est d'un groove imparable, "Good Bye Pork Pie Hat" est une partition magnifique d'une poésie brûlante qui corrobore cette passion à fleur de peau, ce Romantisme, dans une musique que les musiciens de l'album dégoupille.
Les trombones de Jimmy Knepper et Willie Dennis, la batterie de Dennis Richmond sont des morceaux de groove soluble dans n'importe quel acide... A l'écoute de "Boogie Stop Shuffle", la violence évoquée plus haut explose littéralement, et renvoir aux calendes les postures énervées de bien des rockers...
Laissons la parole à Archie Shepp, d'ailleurs, qui dans l'émission spéciale de France Musique dit : " Jagger et Elton John sont milliardaire, et Charlie Mingus n'est plus qu'un inconnu... Peut être à cause de sa colère..."

16_Tibo