25 juin 2009

Relié pleine-peau

Il est de bon ton de se goberger sur la nomination d'un vrai lettré au ministère de la Culture, ce qui, il est vrai n'était pas arrivé depuis Jacques Toubon longtemps. Mais la question est de savoir si ça changera quelque chose. On sait le bonhomme fan d'Ozu et de Visconti, connaisseur d'un jazz de facture classique, féru d'art contemporain, de littérature classique... Sur le fond, cela n'en prend pas le chemin ; je doute qu'il y ai quoi que ce soit de remis en cause sur La lettre, qui explique en partie le marasme culturel et, disons... [Lire la suite]