Je ne voulais pas parler de ces commémorations concernant le mur de Berlin car la journée m'épuisait d'avance... Et me faisait appréhender les heures que nous subirons dans 22 mois pour célébrer des avions dans des tours. Mais les circonstances...
1989, pour le jeune ado que j'étais, c'était plutôt "Raw like sushi" de Neneh Cherry, "Paul's Boutique" des Beastie Boys et "Tombé du Ciel" d'Higelin !
Les images qui me restent du mur de Berlin, c'est Rostropovitch jouant les suites de violoncelles de Bach... Le Figaro, que l'on ne peut qualifier d'opposant à Sarkozy, nous indique d'ailleurs que cet évènement s'est passé le 11 novembre, soit le lendemain du 10 novembre, date du début de l'effervescence, et offre un extrait du journal d'Antenne 2 où l'on voit le violoncelliste échauffer la sarrabande de la seconde suite quelques secondes.
10 novembre ? Mais comment est-il possible alors qu'on tente de nous faire croire que Lefuneste était avec des siens amis -dont un premier ministre trouvé là, mèche au vent- le 9 novembre, à Berlin Est (porte de Brandebourg) à casser un mur graffité, et donc à l'ouest ?
9, 10, 11, 16 ? On s'en fout ? Ah oui, on s'en carre complètement, mais ce n'est pas le problème ! Dans ce storytelling ridicule et mal ficelé, dans la réécriture de l'histoire qui reste, depuis le Discours de Dakar et même avant un marqueur politique qui montre que fondamentalement nous avons affaire à une pensée foncièrement maurassienne, il y a une volonté d'habituer à la propagande au mensonge et au buzz continuel pour faire passer les pires saletés ou encore imposer une idéologie et de faire vivre le peuple sous le boisseau, et ça, j'espère encore qu'on s'en fout moins !
Cela démontre que le papier du philosophe Slavoj Zizek dans Le Monde de samedi est terriblement lucide et que les pantins qui nous vendait la "fin de l'Histoire", s'ils avaient une conscience, ne seraient pas entrain de faire les cadors alors qu'il reste tant de murs...
Difficile de savoir si c'est à force d'essayer de jouer avec les médias de transformer Internet en Minitel en couleur avec la même détermination qu'un Giscard voulant interdire les radios libres, mais force est de constater que le gouvernement se prend de plus en plus les pieds dans la toile, entre les blagues grasses et les dialogues de Nadine devant la Poissonnerie en passant par les #Jeansarkozypartout et les #Nicolassarkozypartout sur Touitteure ou encore la prise de guerre des Anti Hadopi. En tout cas, il apparait de plus en plus clairement qu'Internet est désormais un contrepoids qui suscite clairement cette haine à son encontre de la part de ces gens...
Difficile de savoir en effet, mais une chose est sure, c'est qu'il convient de ne pas lacher...

Et une photo (que j'aime beaucoup) qui n'a strictement rien à voir...

66_Paysage_Neyrac