Hier, donc, comme vous avez peut être pu le lire sur mon billet de nuit, la soirée s'est passé dans la chaleureuse petite salle de l'Almendra, à Rouen où se déroulait la première édition, que l'on souhaite longue, du "Jazz à Part Festival"... Au programme, trois concerts...
S'il sera toujours assez tôt pour revenir, ici ou ailleurs, sur l'ensemble du festival, il convient cependant d'évoquer la prestation de Claude Tchamitchian, que les rouennais découvraient pour la première fois en solo... Et même, je pense -mais je ne lui ai pas posé la question- pour la première fois tout court (alors visiblement, il est venu au mythique festival "Ecoute s'il Pleut" dans les 90's, je ne devais pas être encore là !). Preuve qu'il était temps que des passionnés se lance dans l'aventure de la programmation à Rouen, car des rendez-vous comme ceux-ci manquent plus que cruellement...
Le contrebassiste marseillais (qui a vécu à Marseille, en fait. J'étais pas à une erreur près dans ce billet !) en solo, voilà une excellente nouvelle pour qui aime sa musicalité, sa présence, la douceur introspective de son toucher et la beauté tout simplement de sa musique. Inutile de revenir sur le talent de ce musicien, du grand Lousadzak à ses prestation avec Emler, Cappozzo ou encore Watson. Tchamitchian est un musicien qui apporte toujours énormément aux projets auquel il participe...
Le solo de Tchamitchian est magnifique, il est très personnel et comme toujours dans cet exercice, des choses très personnelles transpirent du flot de musique. De lentes excursions dans les plaines d'un Arménie fantasmée par un archet languide, un hommage à un Ralph Peña en rageurs pizzicati ou encore un morceau magnifique dédié à son ami Raymond Boni qui le suivait plus tard dans la soirée. Une prestation sans virtuosité mal placée, avec une musique que l'on perçoit assez écrite jouée simplement et d'une efficacité assez étourdissante, entre fulgurance et profondeur...
Le solo de Tchamitchian est disponible chez Emouvance et reflète assez fidèlement la prestation du soir... Mais de cela, nous reparlerons bien vite.

06_Tcham_5