Parfois, tout tient sur une découverte. Avant d'ouvrir l'enveloppe qui le contenait je ne connaissais pas intertwined et encore moins les suédois de The Opposite. Leur musique et la fraicheur de ce jeune groupe est cependant tout à fait agréable, et ce fut un plaisir de le chroniquer pour CJ...
"Empruntant beaucoup à l’esthétique électrique des années 70, de Miles Davis à Weather Report, ce sextet développe une rythmique vigoureuse qui se construit en opposition aux compositions travaillées, atmosphériques et contemplatives de Dequidt pour mieux les enflammer." La suite sur Citizen Jazz...
On notera également que la chronique de Lilienmund, présentée ici en avant-première a fait l'objet d'une version complétée pour Citizen Jazz.

Et je vous laisse pour quelques jours (d'ailleurs ce billet est différé) avec une photo qui n'a strictement rien à voir...

34_Gargouille_2