10 juin 2010

Médicis

Au premier abord, la pétition engendrée contre la nomination de deux artistes en tant que pensionnaire de la villa Médicis, l'une des prestigieuses enseigne du savoir-faire culturel français représente à peine plus qu'une tempête dans un verre d'eau et une querelle de chapelles entre les tenants de la "musique contemporaine" estampillée comme telle et les musiciens de la "musique actuelle", un terme inventé pour complaire aux investisseurs et au collectivités, mais qui est tellement flatte-couillon qu'elle permet... [Lire la suite]