Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Sun Ship
Franpi, photographe et chroniqueur musical de Rouen, aime la photo, les concerts, les photos de concerts, la bière, les photos de bière, le Nord, les photos du nord, Frank Zappa et les photos de Frank Zappa, ah, non, il est mort.
Prescripteur tyrannique et de mauvaise foi, chroniqueur musical des confins.
Derniers commentaires
Archives
Newsletter
30 abonnés
24 juin 2010

Unit - Wavin'

Sébastien Boisseau fait partie de ces contrebassistes qu'il fait bon avoir dans ses formations, si l'on considère la multitude de projets auxquels celui-ci participe, en vrac, le Baby Boom de Daniel Humair, le quintet Oliva/Raulin, le Gros Cube, le MKMB ou encore, récemment, la digression en trio avec ses comparses Alban Darche et Gabor Gado, cela donne vite le tournis... Autant de projets qui démontre chez Boisseau une grande implication et une virtuosité de chaque instant.
Unit est un remarquable projet, qui ne mets pas le jazz européen dans une posture chimérique, mais dans le sens de la convergence et de l’action. C’est d’ailleurs sur deux labels, les français de chez Yolk et les finlandais de Fiasko que Wavin’ est sorti, pour bien montrer une convergence, une onde positive… Et c’est justement bien le sujet !
Déjà remarqué, il y a quelques années, pour un album « Time Setting », dont on se demande bien pourquoi il n’a jamais été chroniqué ici (il y a des racines du bien qui se perdent !) en compagnie du guitariste hongrois Gabor Gado sur le label BMC, Unit a cette volonté chevillé au corps de trouver un langage commun entre les musiciens européens, avec comme bien souvent la grammaire colemanienne tendance ornette comme dialecte véhiculaire, même si ici, c’est la filiation –si proche- de Don Cherry qui est réclamé par Boisseau  ; après tout, « Unit », le nom du groupe, est assez explicite en ce sens, tout comme l’est, dans sa construction et sa structure, le morceau « malinois »…
Désormais impliqué avec Yolk dans le projet Zoom ! qui regroupe plusieurs labels européens, c’est donc avec le remarquable batteur Mika Kallio, impressionniste et incroyable de musicalité que le groupe de Boisseau s’est reformé. Le batteur Mika Kallio, on avait pu le découvrir lors de l’année de la Finlande en France, avec le saxophoniste Mikko Innanen, mais aussi l’accordéoniste Veli Kujala, invité sur Wavin’ et dont la sonorité fait énormément pour cet album. Pour s’en  convaincre, il convient de se laisser porter par la lente mise en atmosphère de ce magnifique accordéon sur le morceau Angel’s Thought, entre cliquetis et sculpture décharnée du silence.
Unit est donc un groupe à géographie variable qui s’appuie sur une base immuable, les saxophones et clarinettes de Donarier toujours aussi fluides et la trompette de Laurent Blondiau, brillante et chaleureuse. Pour Wavin’, avec les deux musiciens finlandais, Unit abandonne l’urgence de Time Setting pour exposer une musique d’une grande poésie, profonde et chaleureuse qui file entre les doigts tout en étant persistante, comme l’eau claire des lacs et des ruisseaux de sous-bois qu’évoquent immanquablement cet album, lorsque les frottements charnels et les crissements d’accordéons ne nous conduisent pas dans les profondeurs abyssales et sombres d’une mer apaisée (« On the back of the sea turtle »).
Le temps est comme suspendu, laisser au gré du vent et de l’air, porté par le jeu très fluide de Sébastien Boisseau, dont on retrouve la solidité dans son « standard » personnel, « Wambli », déjà présent sur Baby-Boom et sur Emotions Homogènes. Il faudra un jour que l’on se penche sur l’effet qu’à la Finlande sur les musiciens français. On se rappelle sans doute de l’afflux de sensations dans le magnifique Äänet qui jouait sur les éléments et la perception. Wavin' dans un style différent, plus orchestral, délivre également une musique où les timbres exposent un paysage, développent une atmosphère où la nature semble prendre sa part d’improvisation, où le temps semble son propre maître, et où les musiciens se livrent à un travail d’écoute et de transcription d’une nature aussi libre et fougueuse qu’elle est lente et immuable....
Indispensable.

Et une photo qui n'a strictement rien à voir, mais un peu quand même.

165_Lac_et_braches

Commentaires