Il y a des disques qui tombent comme une évidence, qui racontent une histoire, qui magnifient un propos et qui sont comme un point d'étape qui dépasse le simple cadre de la musique. Snakes and Ladders est de ceux-ci. La première fois que j'ai entendu parler de cette sortie de la pianiste Sophia Domancich, que j'apprécie tout particulièrement, voyant les invités (Wyatt, Greaves...), j'étais alléché... Mais je n'imaginais pas tomber sur une telle somme, un tel travail au niveau du propos et un tel raffinement.
Snake and Ladders est un disque magique, tout simplement, et je suis ravi d'avoir pu en signer la chronique à quatre main avec mon amie Hélène Collon !

"Snakes and Ladders est une traversée intime au sein d’une forêt inquiétante et touffue qui n’a pour lumière que la musique. Une forêt hantée par les spectres de la vie et de la mort, du hasard et du destin, qu’on y croise çà et là comme dans un conte de Dickens." La suite sur Citizen Jazz...

Et une photo qui n'a strictement rien à voir...

30_Garance