Lol Coxhill, au même titre que Joëlle Léandre, fait partie de ces musiciens qui tracent une route, la leur, avec intransigeance et un soucis constant de jouer leur musique. C'est pourquoi ces deux grands musiciens ont toujours un place spéciale dans ma discothèque.
Coxhill est sans doute moins celèbre en France, car les prestation du saxophoniste soprano sont rares. Il fut pourtant l'une des tête d'affiche de la musique improvisée des années 80, et comme nous avons pu le voir, continue son bonhomme de chemin au gré des envies et des duos qui se proposent.
A l'occasion des 30 ans du label nato, on m'a demandé d'écrire un portrait de ce génie, puisque deux disques (une réissue et un nouvel album en trio) de Coxhill faisait l'actualité.
C'est sympa les portraits. Ca permet de se replonger dans une tonne de disques, de relire des interviews et des bouquins... Le résultat est -j'ose le dire- assez plaisant.
"Il serait tentant de penser, si l’on fait abstraction de son humour tout britannique, que Lol Coxhill est né en France dans les années 80 tant son parcours et son identité de musicien de l’instant, libre et radical, semblent intimement liés au lieu et à l’époque.
Pourtant Lowen Coxhill est né à Portsmouth en 1932, et lorsqu’il arrive en 1980, en trio avec Raymond Boni et Maurice Horstuis, à Chantenay-Villedieu (dans la Sarthe), pour le festival mythique de Jean Rochard, qui n’est pas encore le patron du label nato mais le deviendra un peu grâce à lui, il est déjà auréolé d’une réputation de musicien intransigeant et truculent." la suite sur Citizen Jazz...

Et une photo qui n'a strictement rien à voir...

42_Garance