Basic 1.0 et Syntax Error, voilà des nom qui parleront très vite aux plus anciens d'entre nous, lorsque sur des bécanes vaguement vertes nous programmions des jeux où des avions devaient éviter des tours tout en descendant malgré eux de quelques pixels à chaque tour.
Drôle d'ironie du sort.
Syntax Error, dont nous avons déjà parlé longuement parlé, est un groupe des Vibrants Défricheurs où s'illustre l'ami guitariste Sylvain Choinier, par ailleurs éminent leader de Kumquat, dont l'album fut largement remarqué à l'époque. la musique de Choinier est une gifle glacée d'électricité et craquelée d'agressivité où les courants en mouvement, balottés entre le jazz et le rock, fondent une énergie aux pôles inversés plutôt qu'une harmonie sucrée pleine de soli et de bon sentiments.
Autant dire que le résultat n'en est que plus agréable.
Avec la précédente mouture de Syntax Error que nous avions chroniqué, l'équilibre était encore chancelant et l'on trouvait quelques inflexions jazz. Avec cette nouvelle formation et donc ce nouvel album, le rock est omniprésent et tonitruant, jusqu'à choisir des pseudos pour les trois musiciens. On félicitera le batteur de son Trout Face, entre Captain Beefheart et le petit nom anglais donné à des médications interdites ! Il suffit de le constater en vidéo...
A force de transgresser ainsi les genres et les inspirations, il était légitime que le rock trouve un peu sa part. Et si les power trios aujourd'hui retrouvent grâce, ils attaquent souvent le propos par la face sombre, complexe et drue. Une face réjouissante, dense et pour tout dire, passionnante... Ce n'est pas le chemin, au final que prendra ce Syntax Error, empruntant plutôt le chemin caillouteux du rock lumineux pleins de riffs acides et efficaces qui font un bien fou pour sautiller bêtement. Pour s'en convaincre, écouter "Leovinci Carbone" et son riff de basse désarticulé en ouverture qui réveillerai presque un lecteur de Rock and Folk. Ne lous leurrons pas cependant ; venant du jazz, les trois musiciens n'offrent pas que le riff lanscinant de Introduction et Outroduction. Dans ce disque ramassé, on trouve dans un morceau comme "Friendship Loyalty Computer" des accentuations et des rythmiques abâtardies qui ne trompe guère sur le niveau technique des musiciens et leur capacité à délivrer un rock de contrebande.
Finalement, en basic original non structuré, la formule de Syntax Error serait la suivante :
60. IF "JAZZ" NEXT SYNTAX ERROR THEN GOTO 70
70. INPUT "ACDC" ; ROCK$
Avec son power trio, Sylvain anime le Kararocké, sorte de soirées festives dans le cadre des évènements Vibrants Défricheurs où chacun peut venir beugler son succès rock préféré avec une vraie machine de guerre en guise d'accompagnement.
C'est délicieusement régressif.
Basic 1.0 aussi !

Et une photo qui n'a strictement rien à voir...

64-Garance