Pendant que certains psalmodient sur cette année autoproclamée "fin du monde", en espérant seulement qu'elle soit fin d'un système, d'une civilisation du profit, il est l'heure de la traditionnelle confession des bonnes résolutions.
Je serai bref.
En cette année rituellement agitée en France par la politique, je vais essayer, non pas de me positionner -je ne trompe plus personne, de toutes façons- mais de commenter les promesses culturelles de chacun. Je l'avais déjà promis et je ne l'ai pas fait, c'est vous dire si c'est fiable et si j'espère en un quelconque changement de fond -de forme, sans doute- de ce point de vue. On va essayer également de reprendre les déambulations et les idées fugaces sans but ; pas sur que j'en aie le temps, mais l'envie est là...
pour les chroniques de disques, je ne peux pas promettre de faire mieux. Entre CJ et ici, j'ai chroniqué 106 disques en 2011. Sans compter ceux que j'ai laissé sur le chemin faute qu'il me plaise, ça fait deux disques écoutés à fond -au moins six écoutes dont la moitié à ne rien faire d'autre, une dizaine d'écoute minimum pour les pépites...- à ne faire que çà. C'est la limite.
Bonne année 2012 à tous et toutes. Elle promet d'être remuante. On essaiera de s'accrocher à la bride. Mais surtout, bonne musique pour ceux dont c'est le refuge. De ce que j'entends en ce moment, le cru s'annonce prometteur.

Et une photo qui n'a strictement rien à voir... Même si en ce moment, j'ai du mal à voir d'autres intérêts à ce début d'année :)

66-Garance