26 janvier 2012

Voeux pieux

Dans ses habituels voeux à la Culture, les derniers de ce mandat, le Président de la République a choisi Marseille pour continuer sa campagne faire le boulot qui devrait revenir logiquement à un ministre de la Culture, manifestement consigné au rôle de porteur de gerbe pour artistes morts... Cela, on l'avait prédit dès son arrivée ; on s'imagine ministre romantique et l'on finit nécrologue-en-chef comme le dernier échotier des bas-fonds de France-Dimanche. Laissons-le de côté. Ses voeux à lui, quelques jours avant, avait l'odeur d'un... [Lire la suite]