Citizen Jazz, le magazine auquel je participe avec une joie quotidienne et renouvelée fête ses quinze ans. De toutes les aventures presse que j'ai vécu, c'est la plus exaltante.
Quinze ans, C'est à la fois peu et tout à fait énorme à l'aune de tout ce qui s'est passé dans nos musiques, des évolutions, des nouvelles pratiques, mais aussi de ce qu'est devenue l'industrie du disque dans son entier.
Même pour les petits labels, expérience dont nous suivons et soutenons depuis longtemps l'existence et les productions. Quinze ans en 2016, c'est tout un siècle : de l'ONJ de Paolo Damiani avec Olivier Benoit à l'ONJ d'Olivier Benoit avec Alexandra Grimal, des labels coopératifs comme Yolk aux collectifs DIY...
Le temps à passé vite et nous l'avons commenté.
Citizen Jazz est un des premiers Pure Player francophone.
Même ça, il y a quinze ans, c'était martien. Quinze ans et toujours la même passion bénévole pour témoigner et analyser.

Bannière Revue

 

Alors c'est pour cela que pour fêter dignement ses quinze ans, Citizen Jazz passe en revue ces années. Une revue unique, dans tous les sens du mot. Avec tout ce que le site compte comme ressources graphiques, photographiques ou, bien sur, écrite. Une surprise avec plein de surprises à la parution limitée que seule une souscription offrira. Comme le dit Matthieu Jouan, notre directeur de publication : "Parce que, comme tous les articles de Citizen Jazz sont disponibles en accès libre depuis 15 ans, il était évident de rendre payant et rare le contenu d'un numéro anniversaire. C'est plus décadent, plus caustique.
Parce qu'en achetant cette revue, vous soutenez cette équipe et cet esprit libre qui anime le magazine depuis 15 ans."

Allez Y, c'est 20€ pour la revue papier livrée à la fin de l'année, et 30€ avec un supplément qu'on promet d'être complètement con (et c'est quand même une bonne nouvelle).

03-Pédales