Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Sun Ship
Franpi, photographe et chroniqueur musical de Rouen, aime la photo, les concerts, les photos de concerts, la bière, les photos de bière, le Nord, les photos du nord, Frank Zappa et les photos de Frank Zappa, ah, non, il est mort.
Prescripteur tyrannique et de mauvaise foi, chroniqueur musical des confins.
Derniers commentaires
Archives
Newsletter
30 abonnés
26 janvier 2017

Evan Parker /Daunik Lazro / Joe McPhee - Seven Pieces

Ce n'est pas sur que ce soit l'époque qui veuille ça, ou les concours de circonstances, ou la facilité de « rénover » certaines bandes et de les éditer, mais les archives font florès depuis quelques temps.
On pensera aux ouvertures d'archives de Jean-Marc Foussat récemment (il est à la manœuvre sur ce disque, mais ce n'est pas lui qui était aux platines ce soir là), mais aussi à un coffret autour de Joëlle Léandre, sorti chez Not Two, dont on parlera prochainement sur Citizen Jazz.
Ce n'est pas de la nostalgie. On ne peut pas, par définition regretter une suite d'instant qui mûrit mais ne s'altère pas ; c'est le propre de nos musiques. Ce ne sont pas 22 ans passées à ignorer l'existence de ce concert à Willisau de trois stentors de la musique improvisée qui va changer quoi que ce soit à la donne : Daunik Lazro, Joe McPhee et Evan Parker sont bien vivants, tout comme leur musique et cette cassette retrouvées, datant de 1995, trio de saxophones sans autres participants est d'une fraîcheur rare.
Inutile de dérouler un CV : nous avons là trois musiciens sans limites, mais qui ne cherchent pas l'affrontement. Trois musiciens amoureux des sons qui dans le liminaire « Echoes of Memory » sont même tentés par une forme de chambrisme où le silence à son importance. La musique bondit d'anche en anche comme un rebond perpétuel qui organise quelque figure géométrique complexe mais parfaite, à l'instar des fractales.
C'est une sensation que l'on retrouvera sur d'autres morceaux, et même, faisons simple, sur la plupart. Parmi ceux-ci , « Broadway Ulimited » est un sommet, qui va cherche jusque dans les sifflements conjoints une forme de palpitation.
La beauté des oiseaux rares.
Seven Pieces, Le disque sorti chez Clean Feed, est tout a fait réjouissant. A la fois familier, tant on perçoit le jeu de mouvement parfaitement instinctif de ces trois grands improvisateurs, et portant le vent de l'inédit, tant ce Sax Meeting est rare. On sait que McPhee et Lazro se sont souvent croisés, mais ce trio de soufflants n'a sorti qu'un disque, postérieur (1996), chez Vand'oeuvre, dont votre hôte ignorait jusqu'à l'existence.
C'est dire l'excitation de le découvrir, de plus paré de la belle illustration de Troxler, habituel à Willisau : trois saxophones réduit au plus simple trait, qui se dédoublent, se détriplent même pour donner l'impression d'un flou de bougé.
Le mouvement, toujours. Un mouvement qui peut être anguleux et saturer l'espace, à l'instar de « Sweet Dreams of Flying » ou des déflagrations viennent de toute part pour nous déboussoler. On n'est pas néanmoins dans une surenchère. Ca gratte, certes, c'est anguleux, mais il n'y a pas de rupture entre eux, juste des répétitions irrégulières de tension et de détente, amplifiés parfois par la trompette de poche de McPhee qu'il utilise paradoxalement pour faire corps avec ses comparses dans des tuttis étourdissants.
Dans un morceau plus serein, le beau « Concertino in Blue », le bourdon qui souffle en toile de fond et accompagne le baryton de Daunik tourne comme l'archet d'une contrebasse. Le trio fait vivre plusieurs orchestres. Réinvente d'autres carrefours au cœur de leur propre chemin. C'est de la haute couture.
Et puis viens la question, toujours la même, un peu stupide mais je l'écris quand même. Ou étais-je en 1995 ? Que n'étais-je pas acculturé à ces musiques ? Ce genre de trio nécessite de la patience et de l'affirmation. Pas mal de maturité aussi. C'est une musique qui se mérite. Et qui grâce à ce disque est juste à la portée de l'oreille.

Et une photo qui n'a strictement rien à voir...

05-Lazro

Commentaires