C'était hier soir au 3 Pièces, et sur la petite ardoise qui mène à la cave, clairsemée mais chauffée à blanc, il était écrit free rock. Soit, en langage plus direct : à fond les potards, avec du groove à revendre. Ces trois là n'avait jamais joué ensemble, même si les connections et les rencontres multiples et réelles entre le guitariste du collectif Kumquat et la section rythmique des vibrants défricheurs.
Première rencontre dit souvent hésitation ou surenchère. Pas l'once du premier, un peu du deuxième : sur le répertoire "hardcore de chambre" de Caméra, le groupe de Sylvain Choinier, le batteur Jeremy Piazza s'en donne à coeur joie, montrant la courbe ascensionnelle -et remarquable- de son drumming. Le premier set est un peu orgiaque : trop de batterie, trop de riffs lourds, et une basse un peu oubliée dans le climax des amplis... La musique jouée a besoin de plus de place que la petite cave, peut être ; et le mérite, objectivement.
C'est pour mieux nous offrir un deuxième set au propane, où les musiciens se rencontrent, s'écoutent, jouent au chat et à la souris plutôt qu'à la course de 100 mètres. La sauce prend, et le concert de ce soir devrait faire un malheur...

01_Jeremie