Les Vedettes sont belges, ce qui n'est pas la moindre de leur qualité. Les Vedettes sont acoquinées à Katerine, le type qui a prouvé qu'il existait une alternative aux plats de lentilles tièdes autocentrés comme Grand Corps Malade ou Vincent Delerm, ce qui est un gage de qualité... Un Katerine dont on aime vraiment la multiplicité des projets...
On avait rencontré les Vedettes lors de ce happening surréaliste qui avait présidé à l'élection des Fatals Picards au concours de l'eurovision pour représenter la France, avec un titre "Vive Papa", où la patte de Katerine était évidente, et l'énergie des Vedettes communicative.
Les Vedettes sont des "fausses" majorettes totalement décalées, qui chantent sur cet album sobrement appelé "Disque N°1" des chansons décalées, drôle, parlant de sexe, de drogues... Et tout ça sur du Rock'n'Roll ! Bref, un truc assez rare, en France...
Katerine est quand même un sacré filou, accompagné de son producteur, le prolifique Gonzales et de sa "secte humaine" composé des anciens de "Little Rabbits" et dont on retrouve ici le son caractéristique (guitare saturée et basse fuzz) ; il fallait un certain flair pour découvrir ces belges dans l'underground arty Bruxellois et leur concocter cet album sur ses bases, plaisant, dansant, parfois salement punk et qui fait parfois penser, au détour d'un son sixties assumé qui n'est pas sans rappeler les bluettes psychotropes de Jacqueline Taïeb. Avec une petite préférence pour le "futur hot dog" antisocial et les jeux érotiques de Joey Starr...
Et une photo qui n'a strictement rien à voir hormis la nationalité, Oostende.

04_Ostende