Lorsqu'on relie certaines actualités souvent laissées de côté par nos médias interdépendants, il est facile de dresser un ligne claire d'un programme politique qui n'est plus à un paradoxe maurrassien près pour notre gouvernement et leur funeste porteur de montres en matière de culture, de savoir et de connaissance. Il y a eu tant d'attaques frontales contre l'université, contre la Culture tant de fois que c'est insondable... Ne faisons pas un inventaire à la Prévert, le pauvre serait tellement glacé qu'il s'en retournerait dedans sa tombe regarder s'organiser l'autogestion des lombrics.
J'en parlais dans le lien plus haut, c'est désormais le Café du Commerce qui tient lieu d'Agora, et qui permet toutes les décisions odieusement idéologiques. Et parmi les réflexions anisées de quelques philosophes de latrines, il y a celle qui consiste à penser que l'éducation c'était mieux avant, à l'époque des blouses, de la poésie patriote apprise par coeur et de la leçon de morale...
A la lecture de cette information de rue 89, qui acte le mariage avec la Vendée pour un "Collège de référence nationale" qui fait déjà saliver la blogosphère d'extrême-droite, on hésite entre nausée et rire.
Nausée, parce que décidément ces gens préfèrent la culture morte, celle qui est trop froide pour bouger. Le latin et le grec n'ont pas mérité ça ! Ils pensent béatement que parce qu'elle est morte, la culture n'interroge plus le Présent et qu'elle ne peut être séditieuse. C'est ce qu'ils entendent par classique. Pensons que dans les "contacts avec le patrimoine artistique et historique de la France", il y aura plus de Péguy que d'Appolinaire et plus de Du Bellay que de Villon...
Nausée parce que les Humanités ne peuvent être ni nationalistes, ni cantonnées aux glorieux anciens. Nausée parce que la "générosité" (le mot pour ne point dire charité), c'est une notion tellement marquée par la religion que l'on ne s'étonne pas que ça se fasse en Vendée ! Et encore, quelle générosité ? Pour les personnes âgées, évidemment, parce que lorsque c'est pour les étrangers, n'est-ce pas, on s'en va en prison... C'est ça le culte des morts et de la terre chers à Barrès, qui doit décidemment avoir des petits grognements satisfaits depyus 2007..
Et puis rire. Rire parce que c'est le gouvernement de celui qui a souffert sur la Princesse de Clèves qui veut nous parler des classiques.
Rire parce que d'un côté il est dit aux universitaires que la littérature et les sciences humaines ne servent à rien, mais pas lorsqu'il s'agit de former des élites conservatrices, manifestement. D'ailleurs, avec la réforme de la carte scolaire, le choix géographique de ce collège situé au confins de trois départements, à Montaigu, est certainement fortuit...
Rire parce qu'enfin, deux chansons me viennent à l'esprit à la fin de ce billet. Les Philistins de Brassens et un chanson qui raconte un voyage de Nantes à Montaigu.
Ca doit être mon éducation qui ressort.

Et une photo qui n'a strictement rien à voir...

251_Echoppe_Kamakura_4