J'aurai mille et une bonne raison pour expliquer le relatif mutisme de ce blog. Je pourrai évoquer les levers et les couchers de ma fille, la nécessité de jouer avec elle grâce à quelques colifichets bruyants, je pourrai évoquer la fatigue, l'habituel ralentissement de l'envie d'écrire, lié intimement à la lumière et à la chaleur... Mieux, je pourrai évoquer un travail d'écriture demandé récemment par un ami musicien -ce dont nous reparlerons au plus vite !- qui me bouffe un temps impressionnant de mon temps de réflexion et d'écriture disponible.
Je n'en ferai rien, préférant éluder en évoquant le grand plaisir que j'ai eu, il y a quelques jours, à découvrir les résultats du concours national de jazz de la Défense 2010, l'une des plus prestigieuses récompenses hexagonales en matière de jazz et de musiques improvisées, qui a dans le passé récompensé des valeurs sures, comme Matthieu Donarier, Olivier Témime, Christophe Monniot, Stéphane Kerecki... Ce serait trop long de s'épancher !
Le prix 2010 a été attribué ) Irène de Sébastien Brun avec les membres du Grolektif Yoann Durant et Julien Deprez et Clément Edouard... Et le second prix à Papanosh des Vibrants Défricheurs avec notamment Raphaël Quenehen ! Au delà de la joie que me procure la réussite de ces deux collectifs vivace de jeunes jazzmen dont on peut dire qu'ils ont toujours été défendu ici, on notera l'acuité du jury de la Défense pour toujours défendre les jeunes pousses talentueuses... A noter d'ailleurs que parallèlement les prix de compositions ont été attribué à Yoann Durant pour Irène et à Sébastien Pallis pour Papanosh, comme pour bien noter une continuité. Voilà qui est très réjouissant...

18_Papanosh_1