Continuons donc la visite de ce beau label Budapest Music Center, avec la mise en avant de plusieurs disques ayant maintenant plusieurs années au compteur, mais qu'une politique de distribution correcte permet encore d'obtenir sans problème. On sait que BMC est une vénérable maison qui a été longtemps la vitrine classique et contemporaine d'une école hongroise talentueuse et prolixe. On sait également, depuis plusieurs années, que des grandes figures du jazz d'avant la chute du mur de Berlin, les deux Mihaly, Borbely et Dresch ou plus récemment les deux Gabor, Winand et Gado ont fait de BMC un laboratoire qui défend un jazz radical et empreint de la musique écrite européenne. Depuis 2006, on remarque cependant que les choses s'accélèrent pour BMC : de plus en plus les sorties sont émaillées de rencontre avec des musiciens d'autres horizons, où sont portés par une nouvelle génération, absolument dorée.
L'un des disques les plus marquants, devrai-je dire fondateur de cette jeunesse, c'est sans doute Ateregos interprété par le quartet du saxophoniste Kristof Bacso, sorti en 2008. Avec ses quatre trentenaires tous issus de la prestigieuse "Liszt Ferenc school" cornaquée par Mihaly Borbely, il pose en partie les bases familières de ce qu'est devenu BMC.
On reconnait tout de suite la section rythmique, composée du contrebassiste Matyas Szandai (que les lecteurs fidèles auront identifié depuis longtemps comme l'un de mes chouchous de la scène hongroise et de Ferenc Nemeth qui a depuis construit sa carrière au Etats-Unis. La rythmique est solide, diablement inventive en ce qui concerne Szandai, notamment dans le West Balkan Tale qui est le pivot de l'album. En quelques coups d'archer, le contrebassiste pose la problématique à l'unisson de Bacso à l'écriture si efficace. Si la grammaire musicale s'inspire d'Ornette Coleman avec force, il y a un vocabulaire que ne renierai pas les maîtres hongrois, une légèreté de l'écriture et une relation forte avec l'autre soufflant du groupe, "l'ancien" Kornel Fekete-Kovacs à la trompette et au bugle Wheelerien.
Le fondateur du Modern Art Orchestra est un point d'ancrage pour Bacso. Son ouverture lumineuse sur "Picture from home", soutenu par les cymbales de Nemeth est une rampe de lancement idéale pour un groove aussi évident qu'évanescent. Alteregos est un disque passionant pour ce qu'il dit du jazz européen, et sa capacité à amener de nouvelles poste mais aussi de nouveaux solistes capables également de jouer pour l'ensemble. C'est un disque indispensable !

Et une photo qui n'a strictement rien à voir...

63_Holga_Pest_1