Hier, nous évoquions le vingt et unième siècle d'Anthony Braxton et cette "occasion de réaliser de réguliers retour en arrière, non pas dans une volonté de nostalgie mal placée ou d'auto-célébration, mais bien pour revisiter sa musique et plus globalement le jazz au regard de ses nouvelles directions, parmi lesquelles la Ghost Trance Music (GTM) est la plus prégnante."
Ca m'a donné envie d'aller dans les tréfonds de Spotify pour aller voir ce que la plateforme proposait dans la discographie récente du maître. Même s'il n'y a pas tout -il n'y aura jamais tout !-, il y a cette constatation sur l'essentiel : une musique d'une rare intelligence qui va chercher au plus loin de ses recherches sur le rythmes, sur les structures mélodiques et sur les interactions entre les musiciens, notamment avec les deux concerts mythiques de Victoriaville.
Pour ce faire, il s'entoure d'une génération dorée à qui il a donné une autre stature, Taylor Ho Bynum et Mary Halvorson en tête.
Parallèlement, on constate que Braxton revisite avec cette grâce pleine de respect les standards de la Great Black Music en les emmenant dans son propre vocabulaire sans les dénaturer.
En quinze morceaux, plongée dans cette univers...

 

Et une photo qui n'a strictement rien à voir...

15-Laparée