Nous avions, il y a quelques mois, évoqué le formidable travail réalisé par le pianiste Antoine Hervé avec ses Leçons de Jazz qu'il distille de loin en loin en DVD, et qui sont des sortes de conférences ludiques et passionnées qu'il donne en public.
Un public nombreux, attentif, qui vient écouter à la fois le pianiste talentueux et le prescripteur gourmand qui se perd en anecdotes pour mieux faire comprendre le jeu, le contexte, et l'histoire d'un musicien et de sa musique. Un public nombreux, ce qui est aussi vraiment rassurant, de voir qu'il reste autant de curieux prêt à pénétrer dans un propos parfois ardu mais jamais complexe, qu'Antoine Hervé s'applique à éclaircir sans jamais travestir.
Avec Thelonious Monk, le griot du Be-Bop, sorti en DVD au début de l'année, Antoine Hervé évoque avec ses interlocuteurs une double passion.
Celle de la transmission, toujours.
C'est vraiment passionnant, mais c'est surtout parfois touchant de suivre les pérégrinations du pianiste, de "Round Midnight" à "Ugly Beauty", qui raconte la constante recherche sur le son d'un créateur génial comme Monk, toujours avec ce dispositif de caméra qui permet de suivre en surplomb les mains sur le piano et mieux comprendre ainsi la gestuelle et les accords.
Il n'y a que la caméra pour être surplombante. Le propos d'Hervé est quant à lui absolument démocratique. Il raconte. Il contextualise.
Mieux, il conte. Au delà de l'intérêt du propos, c'est une sacré leçons pour nous autres qui parlons de musique, car Hervé a une manière vraiment globale d'aborder un musicien. Sa façon d'expliquer la constante obsession de la résonnance, les accords altérés, les ellipses de Monk sans être pontifiant est enthousiasmante.
L'autre passion de Hervé, c'est Monk, tout simplement.
Monk, pour un pianiste, évidemment. Mais Monk aussi pour l'élégance absolue de son jeu, et que le professeur d'un soir fait sienne sur des morceaux qu'il joue sur le DVD pendant sa Leçon. Ainsi, "Epistrophy" est un moment suspendu où le pianiste s'échappe quelques instants, versés dans la musique de celui qui l'a tant influencé. On connaissait le rapport particulier de Hervé avec ce prestigieux aîné. Dans son ONJ de 1988, on trouvait déjà "Round About Midnight" ; et à l'occasion d'un concert donné en 1997 à la Cité de la Musique, Hervé avait déjà abordé le répertoire de Mok en solo.
C'est ce solo en CD qui accompagne le DVD. Et c'est une grande partie de l'intérêt de cet objet, qui prolonge les bonus du DVD où Hervé revient de manière très intéressante sur le style de Monk. I mean You reprend le jeu de mot de Monk (celui que Zappa affectionnait également) et plonge au plus profond de la vulgate Monkienne. Les thèmes sont profondément explorés, visités, regardés dans le fond de l'âme. De l'opiniâtreté de l'interprétation de "Think of One" à la main gauche intraitable à cette évocation presque pontilliste de "Round Midnight", on a plaisir à continuer l'évocation de Monk en disque, après la leçon prise.
Comme un cahier de vacances. C'est l'époque d'y songer, paraît-il....

Et une photo qui n'a strictement rien à voir...

27-Plage