Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Sun Ship
Franpi, photographe et chroniqueur musical de Rouen, aime la photo, les concerts, les photos de concerts, la bière, les photos de bière, le Nord, les photos du nord, Frank Zappa et les photos de Frank Zappa, ah, non, il est mort.
Prescripteur tyrannique et de mauvaise foi, chroniqueur musical des confins.
Derniers commentaires
Archives
Newsletter
30 abonnés
7 avril 2023

Naïssam Jalal - Healing Rituals

Il n'y a pas à faire mystère de ce que nous pensons ici de Naïssam Jalal. A force de preuve, elle est une des musicienne capable de remettre ce blog d'aplomb, quand c'est nécessaire -quand un de mes camarades de Citizen Jazz se charge de la chronique et que nonobstant celà, je me sens obligé d'écrire autre chose que quelques lignes dans un carnet, pour moi, qui serviront dans un article futur. Car oui, ces notes existent, et plein de disques non chroniqués sont écoutés, à dessein ou non, pour un jour ou pour jamais-.
Mais ce n'est pas le sujet.
Avec Healing Rituals, Naïssam propose l'un de ses projets les plus personnels ; et pourtant, Quest of Invisible, par exemple, était un disque qui fendait largement l'armure de la flûtiste. Mais il y a dans Healing Rituals quelque chose de la quète, quelque chose d'intrinsèquement spirituel que Naïssam cherche depuis toujours et qui aboutit ici à la beauté de "Rituel du Soleil", où la contrebasse de Claude Tchamitchian et le violoncelle de Clément Petit devisent comme un vent léger que la flûte vient réchauffer au soleil ; la musique fait du bien, elle soigne l'âme et donc le corps. Elle agit sur le monde ; on sait qu'il y a derrière quelques préceptes du soufisme, il y a surtout des années de recherches sur la musique comme être vivant, comme matière organique.
Comme acteur principal de la vie et de la civilisation.
Le Cinquième Element, moins tarte que chez Besson.
Avec son nouveau Quartet, où l'on retrouve le formidable percussionniste Zaza Desiderio, Naïssam Jalal les explorent, ces éléments. Dans le "Rituel de la Rivière", c'est Tchamitichian qui décide d'une boucle sur laquelle vient se greffer. Entre la flûte et le violoncelle, on a toutes les possibilités de la voix humaine, qui transcende les lieux, les traditions et qui construit une musique traditionnelle et sans attache, fruit de tous les voyages de la flûtiste : la rivière coule, elle est immuable et pourtant toujours en mouvement. Elle coule, fluide et nourricière.
Pour l'accompagner dans ce chemin, naturellement, Clément Petit, et son habitude de naviguer dans la musique mandingue notamment est des plus riches (Oumou Sangaré, Ballaké Sissoko) pour cet ancien de Radiation 10. Ce sont les cordes qui forment l'univers, qui forment la matière que Naïssam va transformer ("Rituel des Collines", aux allures pastorales). Ce qui est puissant dans ce disque qui constitue l'une des plus belles confirmation de l'année, c'est la capacité de Naïssam Jalal de défendre une vision du monde résolument humaniste, ainsi qu'une démarche spirituelle qui ne cherche pas la grandiloquence où les postures. Il y a dans la démarche de la flûtiste quelque chose de brut, qui fait corps avec la nature, à l'image du "Rituel de la Terre" où elle donne de la voix.
Cette notion de Rituel elle-même indique beaucoup de chose sur cette musique. D'abord parce qu'il y a cette notion de cycle, primordial dans la construction des morceaux, quelque chose de profondément construit et pourtant qui vient du fond des âges, quelque chose qui dépasse et déborde, et qui s'appelle tout simplement la poésie : profonde, directe, et sans apprêts.
Naïssam Jalal signe indubitablement l'un des plus beau disque de l'année. Déjà. S'il fallait s'en convaincre, on se plongerai dans "Rituel de la Lune", l'un des plus beau et -je le pense- l'un des plus personnel, tant le travail de la flûte qui glisse sur le tendre tapis des cordes touche à l'émotion pure, à un sentiment réellement transcendant.
Healing Rituals fait du bien au corps, parce qu'il est un bouquet de sensations positives qui ne s'embarassent pas de mise en scènes occultes.
On en profite, on aime.

Et Naïssam Jalal est décidément une musicienne hors du commun

Naissam CJ

Commentaires