21 février 2018

Le Fou fait 33 tours

Je n'ai pas particulièrement la nostalgie des vinyls, mais force est de constater que certaines musiques se plaisent sur ce format. Et pas seulement parce que c'est la mode. Quand on reçoit plein de disques, ce qui est mon heureux cas, on peut constater les effets d'habitude et les lames de fond : jusqu'en 2015, recevoir un vynil était un évènement. Samedi matin encore, le facteur m'a tiré du lit pour me remettre le huitième 33t de la pile.Là n'est pas le sujet des deux disques paru sur le label Fou Records de Jean-Marc Foussat et qui... [Lire la suite]

17 février 2018

João Camões / JL Cappozzo / JM Foussat - Autres Paysages

Imaginons un instant des yeux qui s'ouvrent sur une grand baie vitrée et une lumière crue. On ne reconnaît pas l'endroit, mais la literie est bonne. L'esprit embrumé ne se pose pas tout de suite la question, tente d'émerger, s'interroge d'abord sur l'opportunité de ne pas sombrer de nouveau et reporter l'exercice de réincarnation tout de suite. Mais malgré tout, nous sommes ainsi fait, il tente de recoller les morceaux ; et tant pis si c'est impossible ou au mieux teinté des rêves passé et peut-être même à venir. Que savons nous de... [Lire la suite]
Posté par Franpi à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 février 2018

Bernard Santacruz - Tales,Fables And Other Stories

C'est amusant de réécouter un concert dont on était. Parce que le concert de Bernard Santacruz, ce solo de contrebasse dans la salle des nus de l'école des Beaux-Arts de Rouen, cette salle en vieille pierre blanche qui avait peut être connu un Géricault incapable de dessiner des pieds, j'en étais. Inutile de revenir dessus, les heureux possesseurs du disque auront l'occasion de lire la description chaleureuse et détaillée de Pierre Lemarchand, l'organisateur du Festival Jazz à Part qui accueillait, en novembre 2015, le contrebassiste... [Lire la suite]
12 décembre 2017

Les Meilleurs disques 2017

C'est désormais la tradition... C'est même devenu, paraît-il un exercice obligé, à l'heure dite. Après avoir déposé une première liste de 25 albums sur la page Facebook de Sun Ship, j'ai replongé dans l'année 2017, fort des plus de la centaine de chronique pour Citizen Jazz ou ce modeste blog qui, j'en fais le serment, va reprendre un peu plus de vigueur en 2018. Alors, qu'en a-t-il été de cette cette année 2017 ? Elle fut riche, peut être moins qu'à l'accoutumée, mais 25 albums se sont détachés nettement à tel point que ce... [Lire la suite]
08 décembre 2017

Kamilya Jubran & Sarah Murcia - Habka

Rien n'a changé depuis Nhaoul', c'est ce que nous suggère la "Balad" qui ouvre Habka, le second album du duo composé de Sarah Murcia et de la chanteuse et oudiste Kamilya Jubran. Rien n'a changé : rondeur et précision du jeu de la contrebassiste, qui éclaire d'une lueur de lune le chant profond et recueilli de la palestinienne.On le sait depuis longtemps, il faut souvent, dans les projets aboutis, que rien ne change en façade pour que tout soit chamboulé. Aussi, Habka est différent sur un point crucial, à l'oreille, avant même de... [Lire la suite]
Posté par Franpi à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 novembre 2017

Alexandra Grimal / Valentin Ceccaldi / Benjamin Duboc - Bambú

On a la certitude de tenir une oeuvre musicale hors du commun dans deux cas, très précis : lorsque vous adhérez totalement, absolument, sans réserve au propos qui vous parle aux tripes. A l'inverse, quand il y a un dérangement qui n'est pas une répulsion, mais une résistance, une élasticité, une volonté de ne pas se livre tout de suite, de se montrer rétive, revêche, complexe.C'est rare quand c'est un peu des deux, voire les deux en même temps : c'est à dire une fascination immédiate, mêlée d'une certaine jouissance lorsque tel ou tel... [Lire la suite]

16 novembre 2017

Barbares - Débris d'orgueil

Lorsqu'on regarde la définition commune de Barbares, dans les dictionnaires, on peine à croire dans un premier temps qu'il s'agit des quatre musiciens qui se présentent devant nous dans un quartet qui ressemble à s'y méprendre à un all-star de Fou Records, si l'on fait abstraction du grand batteur nippon Makoto Sato qui ne dépare pas dans le paysages.Non, ce quartet n'est pas pas « à un niveau inférieur d'humanité ». Il n'est pas « primitif », ou alors dans une acception chamanique, d'une spiritualité presque animiste, qui sacralise... [Lire la suite]
Posté par Franpi à 20:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
27 octobre 2017

Eve Risser & Marcelo Dos Reis - Timeless

Dans le cœur et les tripes. Sous le capot, dans le secret du mécanisme, au plus près des rivets, dans la poussière des engrenages sur la feutrine des mécaniques de précision. Voilà où se situe la rencontre franco-portugaise entre Eve Risser et Marcelo Dos Reis. Entre le piano et la guitare. Entre le bois et les boyaux, puisque les instruments sont on la même structure alchimique.Reste à savoir ce qu'on en fait. Assemblance ou Ecartèlement ?Comptons sur nos deux improvisateurs pour connaître la direction. La confrontation est inédite,... [Lire la suite]
Posté par Franpi à 21:14 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 octobre 2017

Sylvain Cathala Septet - Hope

Sylvain Cathala nous revient, et cette information à elle seule est une grande nouvelle. Nous suivons depuis suffisamment longtemps sa musique pour savoir qu'il a de nombreuses choses à dire, avec une rigueur intellectuelle, musicale et par bien des aspects, mathématiques qu'on peu reconnaître en un instant. Ainsi, dans "Bloody 2", lorsque la contrebasse de Sarah Murcia joue ses premières notes, profondes, franches, toujours lumineuses, on entrevoit déjà toute la mécanique de précision qui va s'en suivre. Elle se nourrit de rythmiques... [Lire la suite]
20 septembre 2017

Cappozzo/Lasserre/Lazro - Gardens

Ce disque, sorti sur le label Ayler Records dont on est content de retrouver les choix musicaux, est l'un de ce dont l'on peine à sortir. Ce n'est pas seulement sa densité, sa beauté et l'équilibre formidable que trouvent ensemble les solistes parmi lesquels on retrouve Daunik Lazro, même s'il est nullement question de figure centrale dans cet échange sans hiérarchie. C'est le sentiment d'un havre, d'une respiration dans un lieu préservé du tumulte.Un poumon.Les trois musiciens de réunis nous invitent sans davantage de formules à une... [Lire la suite]